SAMY DEBAH

Une vie autour de nos villes

Né à Paris il y a 45 ans, j’ai passé toute ma vie à Garges-lès-Gonesse.

J’ai grandi dans le centre ville où je vis toujours entouré de ma famille et de mes amis.

J’ai étudié dans les écoles maternelles et primaires Romain Rolland, puis j’ai suivi ma scolarité au collège Paul Eluard à l’image de mes tantes et oncle avant moi. J’ai poursuivi mes études au Lycée de Gonesse où j’ai obtenu mon Baccalauréat.

J‘ai ensuite étudié à l’université Paris 8 puis j’ai obtenu une maitrise en Histoire à l’université de Poitiers. Durant mes études, j’ai été surveillant d’externat au collège Voltaire de Sarcelles et au lycée Simone de Beauvoir à Garges-lès-Gonesse.

Mon diplôme en poche, je suis devenu professeur en histoire-géographie et en éducation civique au sein de l’Education nationale depuis plus de 15 ans. J’ai ainsi assuré des missions d’enseignement dans les collèges Henri Wallon (Doucette) à Garges-lès-Gonesse et Jean Moulin à Arnouville-lès-Gonesse. Depuis cinq ans, je suis enseignant au collège Doisneau de Gonesse. C’est au fil de ces missions que j’ai pu compléter ma compréhension des grandes problématiques qui marquent notre circonscription, au plus près des habitants et des familles.

Un engagement au service des plus vulnérables

Parallèlement, j’ai été un des fondateurs et le président du Collectif contre l’islamophobie en France. Le CCIF est une association de lutte contre les discriminations et pour les droits humains. Durant 13 années et avec l’ensemble des membres, hommes et femmes de tous âges et de toutes appartenances, nous avons fait du CCIF l’une des associations de lutte pour l’égalité les plus dynamiques et les plus avancées sur ces questions en France et en Europe.

Partis de rien, sans subventions publiques, nous avons construit, jour après jour, une organisation de défense des droits humains qui répond aux sollicitations de plus de 2000 personnes par an, qui a développé au fil des ans un réseau de vigilance active sur l’ensemble du territoire et qui est devenue, en 2011, membre consultatif auprès des Nations Unies.

Tout cela, nous l’avons construit de manière citoyenne sans l’aide des politiques. Bien au contraire nous avons souvent dû faire face à leur hostilité, ne voulant pas voir les souffrances de leurs administrés que nous dénoncions.

Cette expérience m’a montré une chose importante : c’est notre volonté, notre conviction et notre détermination qui créent les conditions du changement.

Je suis en somme un enfant du pays qui a grandi, étudié, travaillé et vécu toute sa vie dans la région, et qui agit depuis de nombreuses années pour l’éducation des plus jeunes et l’égalité de tous.

A l’image d’un grand nombre de mes concitoyens, je vis et respire notre circonscription. J’ai vu des champs se transformer en quartiers, des centres commerciaux sortir de terre et des routes les relier. J’ai aussi vu que pendant que certains souffraient de ne pouvoir vivre dignement, d’autres se permettaient tous les excès.

J’ai vu notre région se dégrader, et s’appauvrir. J’ai vu des gens dynamiques, renoncer à leurs ambitions alors que tout aurait dû être fait pour leur permettre de réussir.

C’est autour de ces questions que je veux bâtir un projet à l’occasion des élections législatives des 11 et 18 juin prochains. Je veux que la promesse d’égalité et de dignité que la République fait ne reste pas une vaine incantation mais qu’elle se transforme enfin en réalité concrète, accessible et quotidienne dans notre vie.

Ce projet, je vous le présenterai tout au long de la campagne et nous le construirons ensemble :

Il est temps de transformer la promesse de la République en réalité.